A. LEVEUF & S. GASSMANN, C.O.N.C.A.V n°1

22 septembre 2005

Pour cette grande première ont été invités : Frédéric Taddeï (journaliste), Fazette Bordage (Confort Moderne), ainsi que les artistes suivant : Gilles Barbier, Olivier Babin, Thomas Lélu, Fiorenza Menini, Philippe Ramette, Christophe Brunnquell, et Tomoko Seko.

Crédits :
Une co-production Synesthésie et groupe.regart.net

En partenariat avec :
» http://www.flashxpress.net
»Galerie Maad
» Alexandre Leveuf et Samuel Gassmann sont habillés par GUILLAUME LEMIEL.

Graphisme de CONCAV :
Piscine : "grand grand splash" par PUPSAM

Ils auraient pu s'appeler David et Thomas, mais ils ont choisi Pupsam. Une entité faite des deux et différente de chacun un troisième homme. Donc Pupsam est trois, mais large d'esprit. Depuis 1998, ils travaillent à divers projets utiles et inutiles : objets érotiques, objets fonctionnels, installations artistiques, scénographies…

Invités

Journaliste invité / Frédéric Taddeï

Journaliste au ton unique il anime notamment Paris Dernière (Paris Première) ou encore Regarde les hommes changer (Europe1).

» http://www.europe1.fr/antenne/fiche_emission.jsp?id=1941
» http://parispremiere.m6.fr/cms/display.jsp?id=p2_30125

Artistes invités / Gilles Barbier

Né en 1965, il arrive en France à l'âge de 20 ans.
Il vit et travaille actuellement à Marseille. Il expose à l'étranger, en Allemagne et aux USA, mais également à Paris, à la galerie George-Philippe et Nathalie Vallois (6è Arr).

Gilles Barbier est peintre, mais aussi sculpteur et plasticien.

On peut citer son oeuvre "Le prince des ventres", réalisée en 2003.

Il s'agit là d'une installation. Un personnage tout droit sorti du monde de la Bande Dessinée se tient debout.

Son ventre est tellement volumineux qu'il est condamné à pousser indéfiniment une brouette pour pouvoir marcher. Son ventre dégouline littéralement sur la brouette.

C'est une installation sonore. De ce ventre percé de fenêtres, sortent des bruits chaotiques, qui peu à peu s'articulent, pour former un semblant de langage.

Mais ce prince des ventres n'est autre qu'un vers solitaire qui compte bien rester à sa place, c'est-à-dire, dans ce ventre qui ne lui est désormais plus du tout étranger. Au final, ce vers envahit la personne, jusqu'à la priver de parole. C'est donc le vers qu'on entend, qu'on remarque, plus que l'homme. Il a totalement dépassé l'homme, l'homme est support du vers.

Ce qui est caractéristique à l'oeuvre de Barbier, c'est l'éclatement de la hiérarchie. Les éléments deviennent peu à peu sujet et objet, selon le contexte. Une boîte en carton, ou un squelette doté du pouvoir de la parole devient alors sujet.

En intensifiant les ressemblances avec la BD, Barbier montre explicitement qu'il se situe du coté de la fiction. Avec humour, il dénonce la désintegration du corps, dans un univers où les apparences muettes et aveugles sont la garantie du succès commercial. Il joue sans cesse de métaphores pour évoquer l'art dangereux
( surfeurs en tube ), qui consite à fuir les aspérités et les failles, pour privilégier l'impeccable surface des choses.

Gilles Barbier est nominé pour le prix Marcel Duchamp, qui sera remis le 8 octobre 2005 au Centre Pompidou.

En savoir +
http://www.documentsdartistes.org
http://www.paris-art.com

Thomas Lélu

Né en 1976 à Seclin, Thomas Lélu vit et travaille à Paris.

Il fait des études de communication visuelle aux Art Décoratifs de Paris avant de publier son premier livre Manuel de la Photo ratée (Al Dante, 2002) puis Récréations (Léo Scheer, 2003). C'est d'abord par le biais du livre, de collages d'images récupérées et de commentaires déplacés que l'artiste Thomas Lélu a donné forme à son humour potache, limite décervelé, à son goût de l'absurde contemporain, à son entreprise de renivellement des formes hautes et basses de la culture. Il publie également à la rentrée 2005 un roman au titre éloquent : Je m'appelle Jeanne Mass, dans lequel se mêlent intrigue policière, comédie, road movie, roman d'amour et d'amitié, mais aussi drogue, sex, et paysage breton.

Jeanne Mass et son ami Derrick sont videurs au Coconut Café. Un soir, Roger Pichou est assasiné par deux ours roses. Jeanne Mass découvre le corps, il est alors soupçonné...

Thomas Lélu expose actuellement à l' Espace Paul Ricard , ainsi qu'à la Fondation Cartier ( "j'en rêve" ).

Dans le carde de l'exposition J'en rêve, Thomas Lélu présente 6 photos d'un ensemble qu'il dénomme Afters. La présentation de ces photos lui permet de faire un pied de nez au système structurant l'exposition puisque cette dernière repose sur un principe de parrainage où de grands artistes viennent soutenir leurs
« poulains ». Les images de Thomas Lélu sont titrées : Nathalie, After Nan Goldin, Robot, after Matthew Barney, revendiquant haut et fort une filiation. Frisant le plagiat, jusqu'à l'inquiétude : car, que faire après Marcel Duchamp ?

Enfin, Lélu travaille comme graphiste, puisqu' il a réalisé Le Colette, magazine mensuel de la boutique Colette. Il est également directeur artistique associé de Citizen K.

En savoir +
Espace Paul Ricard

Philippe Ramette

Il n' a pas d'exposition personnelle en ce moment. Il apparaît cependant seul et à tous les coins de rue, puisqu'il a été sollicité par les organisateurs de la Nuit Blanche afin de réaliser une œuvre pouvant être utilisée comme affiche de l'événement.

Philippe Ramette invente des objets insolites avec lesquels il prend la pose pour la photo. Ces prothèses lui permettent de flotter dans les airs (Lévitation rationnelle), grimper aux arbres (Promenade irrationnelle) ou arpenter des falaises (Ascension rationnelle) comme on déambule sur la Croisette.

Les enjeux récurrents de son travail sont autant le mérite que l'onirique, l'humour noir (ou pas) que l'esprit naïvement optimiste, l'immaturité comme une chance, le protocole du costume, la volonté que la nature peut être autre…

Philippe Ramette expose à Reims (L'idiotie, Expérience Pommery 2. Commissaire : Jean-Yves Jouannais, Domaine Pommery, jusqu'au 4 novembre) il sera présent à la Fiac en octobre, ainsi qu'à New York du 20 novembre 2005-30 janvier 2006 à la Dorsky Gallery.

En savoir +
http://www.documentsdartistes.org
http://www.paris-art.com

Tomoko Seko

Tomoko Seko travaille avec Philippe Munda. Ils ont réalisé ensemble TP (travaux publics, théâtre populaire).

Philippe Munda a déja participé à CONCAV n°0 (juin 2005).

Tomoko seko travaille également avec Delphine Dumetz. Confrontation amicale entre les dernières créations de Tomoko et Delphine, pour ne + sortir à découvert...

Fazette Bordage

Fondatrice, égérie du Confort moderne à Poitiers, espace multiculturel implanté dans une ancienne blanchisserie.

Les 20 ans du Confort Moderne,
Rupture des évidences
Du 24 septembre au 11 décembre 2005
» http://www.confort-moderne.fr

Christophe Brunnquell

Né en 1969, vit à Paris. Artiste et directeur artistique, il participe à des expositions, réalise des peintures et conçoit des magazines (Purple Fashion, Libération Style).

Le Confort Moderne

Rupture des évidences
» http://www.confort-moderne.fr

Chroniqueurs / Samuel Gassmann / Alexandre Leveuf