Oswaldo GONZALEZ, Journal intime

L'art et la vie d'Oswaldo Gonzales se confondent. Il n'hésite d'ailleurs pas à se mettre en scène et à se présenter comme un antihéros.

Dans Journal Intime, à partir de prélèvements photographiques de son appartement, l'artiste a construit un univers interactif emprunté à son quotidien.

Nous découvrons au fur-et-à-mesure de notre navigation, les différentes espaces de son appartement classés en fonction de ses objets usuels, parfois très intimes.

Quand on sélectionne un objet, une voix l'énonce, de manière absurde et chargée d'une affection naïve.

Cette oeuvre ludique et humoristique, amène le spectateur à reconsidérer sa propre histoire.

Jeune création

Oswaldo Gonzalez présentait déjà l’an passé des œuvres pleines d’humour et de malice. C’est donc un grand plaisir de le revoir cette année à l’exposition de la Jeune création. L’artiste vénézuélien poursuit ses travaux tout en proposant de nouvelles pistes. Il pratique un art qui s’inscrit dans un champ artistique élargi entre photo, action, vidéo et sculpture. Chez lui, l’art et la vie se confondent. Ses actions se déroulent dans la rue et les jardins, elles sont aussi joyeuses que surprenantes. Mais ces propositions naïves dissimulent des risques, des chutes. En se mettant en scène notre artiste devient un antihéros. Les œuvres fonctionnent comme des propositions. Ce sont des tests absurdes et malicieux lancés au bon sens et aux conventions. La poésie et l’imagination sont les relais de ces velléités utopistes. Oswaldo Gonzalez nous conte des mini-récits qui sont autant de légendes urbaines. Placé en-dessous des photographies, ces légendes racontent comment se sont passées les actions qu’il nous raconte. Les rêves de l’artiste se heurtent violemment aux règles de l’urbanisme, du code de la route, ou de la bienséance. Pas d’hagiographie mais un culte de l’antihéros. Notre conteur-plasticien sort toujours vaincu de ses démarches artistiques. Malgré les difficultés, il n’abandonne jamais, et tant pis si les gens ne comprennent vraiment rien à l’art contemporain !

Le terrain de jeu de l’artiste c’est la ville, et plus généralement le quotidien le plus proche mais pas forcément le plus banal, car il regorge de perpétuels promesses. Gonzalez change les panneaux de signalisation d’entrée et de sortie du parking de son immeuble, il inverse également des containers, change les feux de signalisation. La confusion qu’il provoque annonce aussi un monde en devenir, une imagination en marche, même si le bout de la course se révélera être une impasse. L’échec n’est jamais évité, il est même palpable dès le début et sert de « runing gag ». Les projets naïfs de Gonzalez se soldent par des passages devant les autorités. La justice le traîne en procès, les co-popriétaires de sa résidence l’expulse de son logement. Décidément, les gens ne comprennent rien à l’art contemporain !

Ces petites farces sont légères et amusantes, mais elles révèlent aussi la difficulté pour l’artiste de créer, de faire accepter son œuvre à ses contemporains. Le lien qu’il tente de tisser entre l’art et la vie n’est ni facile ni évident. Derrière la dérision des propositions, vouées dès le départ à l’échec, se cache des interrogations plus vastes sur le rôle de l’artiste. L’artiste n’est plus prométhéen ni christique, il est ridicule, il se complaît dans « l’idiotie » (Jean-Yves Jouannais).
La tâche de l’artiste est d’être voué aux gémonies, à l’opprobre populaire, il ne peut que se heurter à l’incompréhension de ses contemporains. Il ne peut envisager qu’un travail répétitif comme dans Pelouse interdite (2001) où il consigne scrupuleusement toutes les choses, les objets qui se trouvent sur un parterre végétal. La photo-légende fonctionne sur le principe des notes de bas de page. De nombreux chiffres constellent la photo. Ils renvoient à des définitions fournies en index : papier gras, champignon retourné, etc. L’artiste ne peut que consigner l’insignifiance du réel. En 2003, Oswaldo Gonzalez poursuit ses investigations artistiques dans le domaine sportif. Cette fois-ci il tente d’améliorer les performances des athlètes. Il place des punaises ça et là pour obtenir de la part des participants des hauteurs de saut plus conséquents. Mais vous connaissez la morale de cette histoire ! La chute est toujours au rendez-vous.

Sans titre - Chantier
Sans titre (Chantier), 2002. Photo numérique sur papier.

1. Pavés. 2. Caillou. 3. Tas de feuilles. 4. Panneau de chantier interdit. 5. Poutrelle métallique. 6. Barrière. 7. Feu arrière d’une moto. 8. Brique. 9. Joint des pavés. 10. Macadam. 11. Ticket de métro. 12. Feuille de platane. 13. Poteau du panneau de sens interdit. 14. Chaîne sur le mur. 15. Mégot de cigarette. 16. Cadenas. 17. Plaque d’égout. 18. Branche séchée. 19. Morceaux de carton. 20. Chewing-gum. 21. Pipi de chien. 22. Tiges sèches. 23. Taches au sol. 24. Ciment. 25. Mouchoir en papier. 26. Trottoir. 27. Paquet de Gauloises. 28. Tache de peinture. 29. Traces d’un graffiti. 30. Tache d’humidité. 31. Tronc d’arbre.

Sans titre - Flamants
Sans titre (Flamants), 2002. Photo numérique sur papier.

...Un de mes premiers travaux consistait à modifier les codes visuels auxquels nous sommes quotidiennement confrontés. Pour ce faire je me suis servi des flamants roses du parc zoologique. Mon travail consistait à teindre en jaune trois individus de cette espèce réputée pour la particularité de leur pigmentation. Suite à mon intervention les flamants roses en question, en raison de cette originalité ont commencé à faire bande à part et à prendre leur distance avec le reste du groupe. Ceux-ci, en voyant leur air de supériorité, on commencé à se concerter pour décider des mesures à prendre par rapport à leur manque d’intégration. Dans une telle situation la nature reprend vite ses droits et les sanctions ne se font pas attendre. Le groupe a fini par tuer les trois flamants jaunes, en alléguant que la couleur rose était la couleur d’origine et non la jaune. Quand à moi tout en sachant que j’étais l’auteur de l’œuvre j’ai décidé d’informer les gardiens du zoo afin d’éviter le terrible carnage qui s’offrait aux passants, en leur expliquant qu’il s’agissait bel et bien d’une œuvre d’art. La suite moins heureuse, a été que les gardiens ont décidé de porter plainte contre moi, en disant que j’altérais l’équilibre d’un habitat déjà fragilisé par la proximité de la ville. Décidément, les flamants roses et les gardiens du parc zoologique ne comprennent rien à l’art contemporain...

Sans titre - Girafes
Sans titre (Girafes), 2002. Photo numérique sur papier.

...Un de mes premiers travaux consistait à modifier les codes visuels auxquels nous sommes quotidiennement confrontés. Pour ce faire je me suis servi des girafes du parc zoologique. Mon travail consistait à effacer à l’aide d’une teinture chimique quelques une des taches qui font la particularité de cette espèce. Suite à mon intervention le vétérinaire de cet établissement décidait d’isoler les girafes du reste des animaux convaincu qu’il s’agissait d’une variante de la fièvre aphteuse. Face à une telle situation les sanctions ne se firent pas attendre et la fermeture du Zoo était imminente. Quand à moi tout en sachant que j’étais l’auteur de l’œuvre, je décidai d’informer l’administration qu’il s’agissait bel et bien d’une œuvre d’art. La suite moins heureuse fut que l’institution décidait de porter plainte contre moi, en disant que je mettais en danger la perpétuation de l’espèce sans oublier que je contribuais à la dégradation d’une situation financière déjà mal en point due au manque de fréquentation du public. Décidément, les girafes et l’administration du parc zoologique ne comprennent rien à l’art contemporain...

Sans titre - Ours
Sans titre (Ours), 2002. Photo numérique sur papier.

...Un de mes premiers travaux consistait à modifier les codes visuels auxquels nous sommes quotidiennement confrontés. Pour ce faire je me suis servi de l’exotique couple d’ours blancs du parc Zoologique dont le blanc est à l’origine de leur célébrité. Mon travail consistait à teindre en bleu un des deux individus de cette espèce en extinction, afin d’ajouter un peu de gaîté à leur terne existence. La conséquence de mon intervention a été que le couple a commencé à se déchirer en raison de la couler de leur fourrure, l’individu blanc ne se reconnaissant plus dans le bleu et vice-versa; ce qui a entraîné par la suite l’isolement total de chacun, aggravant ainsi le fragile équilibre de cette espèce en captivité. Trois mois plus tard l’individu blanc décédait de chagrin, déçu de ne pas pouvoir perpétuer l’espèce. Une semaine après l’individu bleu décédait à son tour, car sans espoir de se reproduire; à quoi bon vivre. Quant à moi, sachant que j’étais le responsable de cette intervention je décidai d’annoncer à la direction de l’établissement que j’étais le responsable, en leur expliquant qu’il s’agissait d’une œuvre d’art. La suite moins heureuse a été que j’ai été accusé de l’extinction de l’espèce. Décidément, les ours blancs et la direction du parc zoologique ne comprennent rien à l’art contemporain...

Sans titre - Parking
Sans titre (Parking), 2002. Photo numérique sur papier.

1. Macadam. 2. Trait Blanc. 3. Tache d’huile. 4. Barrière pour bloquer l’accès. 5. Pelouse. 6. Morceau de trottoir. 7. Feuille sèche. 8. Pelouse asséchée. 9. Fleur. 10. Escargot. 11. Tige sèche. 12. Coquille d’escargot. 13. Plante. 14. Pousse de fleur. 15. Poteau en béton. 16. Mauvaises herbes entre le macadam et le trottoir. 17. Trottoir du fond. 18. Plaque d’égout. 19. Mur rose. 20. Macadam rouge. 21. Poteau électrique. 22. Mur. 23. Mouchoir en papier. 24. Tache d’humidité. 25. Deux fleurs blanches. 26. Marguerite. 27. Mégot. 28. Chewing-gum.

Sans titre - Pelouses
Sans titre (Pelouses), 2002. Photo numérique sur papier.

1. Pelouse. 2. Morceaux de papier. 3. Feuilles. 4. Ombre d’arbres. 5. Champignon retourné. 6. Panneau de pelouse interdite. 7. Rigole autour d’un arbre. 8. Papillon. 9. Feuille verte. 10. Traces de pas. 11. Sac en papier. 12. Crotte de chien. 13. Pelouse mouillée. 14. Pigeon. 15. Feuille de platane. 16. Oiseaux. 17. Feuille de trèfle 18. Branches. 19. Marguerite. 20. Branches de pin. 21. Groupe de pigeons. 22. Trèfle à quatre feuilles. 23. Pétales de roses. 24. Feuille jaune. 25. Tas de feuilles. 26. Mauvaises herbes. 27. Pelouse en mauvais état. 28. Graines. 29. Trace du pneu arrière d’un vélo 30. Feuilles sèches.

Texte initialement publié sur le site http://www.paris-art.com/